Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La chasse aux plaisanciers est ouverte ! Affaires maritimes. Gare aux excès de vitesse dans les eaux du golfe du Morbihan

Publié le par Jean-Marc Schalk

Sus aux délinquants nautiques !

 

Cinq noeuds dans la bande des 300 mètres, dix noeuds au-delà... C'est la règle dans le golfe. Mais en ce dimanche caniculaire, ils étaient nombreux à s'affranchir des limitations de vitesse... Heureusement, les Affaires maritimes veillent.

16 noeuds, voire 23 noeuds enregistrés au mépris des règles de sécurité ! Les Affaires maritimes qui patrouillaient ce dimanche après-midi dans les eaux cristallines du golfe ont eu du travail pour sensibiliser, avertir mais aussi sanctionner. Pas de radar à bord : le contrôle est visuel. 

« Si un bateau déjauge, c'est qu'il fait plus de dix noeuds, dit Frédéric Garnaud, administrateur maritime. On note la vitesse du bateau en le suivant... Comme pour ce pneumatique semi-rigide rouge qui file à près de 23 noeuds, propulsé par un moteur de 45 cv. Le semi-rigide des Affaires maritimes se porte à sa hauteur et demande au pilote de s'arrêter : contrôle des papiers, des brassières et de la torche... À bord quatre jeunes Finistériens qui disent ne pas avoir été prévenus de la réglementation en vigueur sur le plan d'eau.

Frédéric Garnaud, administrateur ; Yves-Marie Quéro, adjoint ; et Pierre-Yves Morvan, chef de l'unité littoral des Affaires maritimes, à bord de leur pneumatique semi-rigide propulsé par deux fois 250 CV, ont procédé à de nombreux contrôlesConvoqué devant une commission

 

Pierre-Yves Morvan, chef de l'unité littoral des Affaires maritimes, annonce la couleur : « Vous êtes en vitesse excessive et votre permis va être suspendu huit jours ». Le pilote va être convoqué mercredi devant une commission qui peut corser l'addition par une suspension administrative pouvant aller jusqu'à un an. La procédure peut même être transmise au tribunal maritime de Brest qui peut infliger une amende. 

 

Pour l'heure, le permis du pilote reste entre les mains des Affaires maritimes et un coéquipier également titulaire du permis bateau va prendre le relais... « Ça plombe l'ambiance », glisse un des jeunes à bord. Si le pilote avait été seul, les Affaires maritimes lui auraient donné un document lui permettant de rallier son port d'attache.

Pas de passe-droit !

 

Le semi-rigide des Affaires maritimes repart en chasse. En l'espace d'une heure et demie, il s'arrêtera une bonne demi-douzaine de fois pour des mises en garde. « On tient compte de la densité de navigation et de la marée. Mais il n'y a pas de passe-droit », dit Pierre-Yves Morvan. « On contrôle aussi le matériel de sécurité, les brassières, le dispositif lumineux, le matériel d'extinction sur les bateaux de plaisance. On insiste aussi sur la responsabilisation avec la notion de chef de bord », dit Frédéric Garnaud. 

Deux autres journées de prévention-sensibilisation à la sécurité en mer seront organisées durant l'été à l'initiative de la préfecture maritime. Celle d'hier était une opération interadministrative avec la participation de la gendarmerie maritime (sur la rade de Lorient, Houat et Hoedic), la brigade nautique de Quiberon et l'unité de la gendarmerie départementale (en baie de Quiberon) et la délégation à la mer et au littoral du Morbihan (affaires maritimes) sur le golfe et la ria d'Etel, soit une dizaine d'agents mobilisés.


© Le Télégramme / source

Commenter cet article