Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003

Publié le par Jean-Marc Schalk

RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003

On était jeune ! on était fou en 2003 ;-) .. où sont les nouveaux aventuriers ! lancez vous dans l'aventure avec pneuboat ! couverture média, recherche de sponsors etc..

LE RAID PNEUBOAT BALEARES 2003

(rétrospective 2016)

Riches de notre expérience Corse, nous voulions renouveler l'aventure tout en renforçant un peu la difficulté, avec un aspect novateur.
C'est le terrain de jeu Méditerranéen qui est encore choisi, et cette fois, les distances à parcourir se rallongent nettement, puisque nous prévoyons de naviguer
sur plus de 630 milles nautiques en 5 jours.

Notre regard se porte tout naturellement vers les îles Baléares, dont nous choisissons de rejoindre et faire le tour des trois principales (Majorque, Ibiza, Minorque).

L'embarcation elle, est toujours la même, un bateau pneumatique semi-rigide 6,5 mètres de marque BWA, propulsé par deux moteurs hors-bord 4 temps de 80 Ch chacun.

Le bateau est armé en 3ème catégorie afin d'effectuer les différentes traversées nécessaires dans la règlementation la plus stricte.

Nous exploitons à fond l'extraordinaire capacité d'emport de ce type de bateau ; il nous faut loger, en plus des 6 personnes embarquées,

les sacs étanches (HPA .. notre sponsor), le matériel pour les bivouacs, le radeau de survie et le carburant réparti en plusieurs réservoirs, au total 280 L.

La base de départ choisie, est Empuriabrava dans la baie de Rosas en Espagne, ce lieu bien connu par l'un d'entre nous s'apparente à un gigantesque paradis
de la plaisance dans le style marina de Floride

RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003
RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003
RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003
RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003

Mercredi 28 Mai 2003 15h

Le bateau sanglé sur sa remorque, le véhicule lourdement chargé, la moitié de l'équipe part de Bordeaux vers Empuria, avec pour objectif la mise à l'eau le soir même.
Vers 21h, nous rentrons dans la superbe marina on nous attend le reste de l'équipe, ainsi qu'un membre de PNEUBOAT  (Hinano) venu nous assister pour ce départ
qui va être plus mouvementé que prévu.

Après un pot pour marquer le début de cette aventure, nous partons pour la station service afin d'abreuver la bête en vue de sa course folle
vient ensuite l'heure de la mise à l'eau Là, la déconvenue est de taille, puisque la rampe choisie pour sa disponibilité à toute heure est barrée par
deux énormes blocs de béton !!!

Il est 22h passé, et ceux qui naviguent en Espagne, connaissent bien la difficulté de trouver des rampes de mise à l'eau sur ce littoral ;
toutes les rampes sont réglementées avec des heures d'ouverture, et sont bien entendu, payantes.

Nous décidons alors de nous rendre à Rosas, la ville voisine, mais après avoir sillonné tout le port, nous ne sommes pas plus avancés.

Une demi-solution est trouvée en passant par la plage, déserte à cette heure-ci, mais celle-ci est très plate, et nous ne savons pas trop si cela sera adapté
pour un bateau d'une tonne.

Nous partons manger avant cette mise à l'eau qui s'annonce délicate !

Vers minuit et demi, le bateau est préparé pour retrouver son élément, et tout doit se passer assez rapidement. 
Heureusement, nous sommes nombreux, et cela nous sauve, il est 1h du matin quand le BWA met doucement le cap vers son point de départ défini à 6h.

Couchés à 2h, levés à 5h, le ton est donné, c'est bien un raid qui commence.

RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003
RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003
RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003
RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003
RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003
RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003
RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003
RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003
RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003
RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003
RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003

Jeudi 29 Mai 2003

C'est avec un peu de retard que nous rejoignons le bateau, et tout s'organise à merveille, l'expérience aidant Hinano est encore sur le pont pour nous voir partir,
décidément ils ont la foi, dans cette famille !!!

C'est exactement à 6h 50 que nous passerons la digue d'Empuriabrava, cap sur Pollenca (côte Nord-Ouest de Majorque) à 140 milles nautiques de là.
La mer est incroyablement calme, le ciel est sans un nuage, mais l'air reste frais à plus de 22 noeuds. Pendant une heure, nous longeons la côte Espagnole vers le sud,
en passant devant les îles Medes et El Estartit (antre de la plongée) et c'est au cap Bègur que nous quittons le continent et nous nous élançons vers ces îles
qu'aucun d'entre nous ne connaît.

Par quart d'une heure, nous nous relayons à la barre de Yellow Storm, et très peu d'entre nous sont habitués à tenir un cap sans aucun repère autour.
La difficulté principale sera donc de ne pas zigzaguer pour ne pas rallonger la distance à parcourir Dès que le sillage serpente quelque peu,
les rèflexions vont bon train vers le pilote en cause !  

Cela devient même la préoccupation principale des barreurs, qui finalement, regardent plus souvent derrière que devant !!!

Les conditions sont idéales, le bateau navigue dans un confort inespéré. Nous rencontrons quelques ailerons à la surface, des dauphins,
et autres poissons-lune se faisant surprendre par notre vitesse.

Quant au carburant, il coule bien aussi, nous arrivons à la fin des 160 L de notre réservoir principal que nous décidons de vider jusqu'au bout.
Après environ 5h de route, les moteurs calent nous signifiant le changement de réservoir. La réserve additionnelle de 55 L placée à l'arrière est branchée
sur le filtre décanteur, et c'est reparti Pas pour longtemps, à peine avons-nous mis la puissance de croisière q'un des moteurs cale à nouveau, c'est sur,
c'est un problème d'alimentation. Nous réamorçons le circuit, mais rien n'y fait, nous sommes toujours en panne à plus de 30 milles de l'île.
Le circuit de carburant est vérifié, mais nous ne trouvons rien. Nous en venons à penser que la durite est trop étroite ; ce réservoir additionnel
n'a pas pu être testé avant notre départ. Ce petit détail aurait pu prendre une autre importance sur une mer moins favorable.
Il nous faut donc transvaser dans le réservoir principal. 10 minutes après, Lolo qui commençait à être malade, est plutôt content de nous voir repartir
vers notre destination.

C'est à 13h 40 que nous franchissons la digue de Pollença, le poste à carburant est fermé, renseignements pris, cela nous laisse le temps d'aller manger
pour revenir à 15h. Après repas et balade, il est 15h15 quand nous nous repositionnons devant les pompes, mais toujours personne ! 
Un petit appel à la VHF résoudra le problème. Nous avons consommé 193 L et parcouru 148 Mn (mesuré au GPS) pour cette première traversée.


Initialement il était prévu que nous bivouaquions dans le coin, mais il est 16h, et nous décidons d'avancer un peu plus loin tant que la mer le permet.
Nous commençons donc notre descente de la cote Ouest de Majorque en scrutant bien la découpe du littoral pour dénicher l'endroit idéal pour notre bivouac.
Nous ferons encore une courte escale à Puerto Soller pour charger un peu d'eau douce à quai.

Il est plus de 17h quand nous quittons Soller, et le problème du campement commence vraiment à se poser ; ce sont une succession de falaises rocheuses tombant
sur de courtes plages très inclinées, en galets. Chacun émet son opinion sur tel ou tel endroit, et nous nous voyons mal installer un bivouac pendu à la falaise
comme le font les alpinistes, nous nous sommes des marins !!! Nous arrivons à l'extrèmité Sud Ouest de l'île, le port d'Andraitx n'est plus très loin.

Nous doublons la dernière pointe avant le port, et là miracle, la crique idéale, bien abritée pour le bateau, et de l'espace pour les tentes.
Le port est à peine à un demi mille, nous pourrons y trouver du carburant, et ce sera un excellent point de départ pour la traversée vers Ibiza le lendemain matin.

Viens ensuite le montage du bivouac, avec trois tentes à installer, et le repas à préparer. Lolo (83/88), chargé de l'intendance, a éprouvé beaucoup de difficulté
pour le premier montage de sa tente, et nous l'avons vu tourner autour, à la manière d'une poule qui aurait trouvé un couteau ! 

La solidarité aidant la tente fut dressée rapidement !

Nous avons navigué de 6h 50 à 19h, parcouru 207 nautiques (383 Km) et englouti 271 L de carburant.
 

RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003
RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003
RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003
RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003RÉTROSPECTIVE PNEUBOAT : RAID BALEARES 2003

voir 

REPORTAGE COMPLET RAID PNEUBOAT BALEARES 2003 

 

Les chiffres du RAID PNEUBOAT BALEARES 2003

 Distance totale parcourue (mesurée au GPS) : 697 Milles nautiques
 Temps de fonctionnement (horamètres moteurs) : 38 Heures
 Consommation instantanée à 22 noeuds et à pleine charge : 27 L/H
 Consommation moyenne sur le raid : 23,7 L/H
 Quantité totale consommée : 900 Litres
 Budget total carburant : 768, 90 Euros (5043 Fr.) 

 

 

Commenter cet article